Extrait Fichu retour roman Anne Le Roy

Fichu retour anne le roy

Blanche, s’était inventé son histoire. Celle où seul Steve profitait de l’amour de ses proches et de son lointain entourage. Elle avait longtemps cru cela. Cru qu’elle était déconsidérée, en faveur de ce mari, qui bravait tous les dangers avec son croiseur taillé pour les expéditions sous les hautes latitudes. Il faisait forte impression, lui. L’aventurier, qui tirait quelques bords avec son fils dans le golfe du Morbihan, avait surtout un superbe voilier dont la coque s’était frottée aux glaçons. Au regard du parcours du beau marin, elle n’avait que peu exploré ses propres horizons. Blanche, qui patientait à cette période sans bruit, n’avait joui d’aucune gloire. Elle s’en était tant persuadée.

Désormais peintre de l’abstrait en constante activité, elle est la compagne d’un galeriste renommé. Inspirée par la mer, au soleil levant, elle peint au couteau dans des rages créatrices. Charmée par cet outil, qui lui est apparu comme une alternative valable pour traiter la matière, elle a délaissé les pinceaux ronds ou biseautés. Avec une dernière trouée de lumières gourmande sur ses aplats monochromes, son châssis saura émouvoir les amateurs d’art sauvage, et attendrir Régis, son roi, celui pour qui elle a posé nue. Ce peintre et homme d’affaire sait à la fois compter et restituer l’âme de toutes les œuvres qu’il expose, dans ses discours commerçants. Blanche a trouvé son mentor, son mécène, et sa consolation.

Comme désarçonnée de son confort depuis l’appel du maudit docteur, son mal de dos paraît amplifié par des sensations indéfinies. Elle n’y peut rien et même si elle avait su, elle n’aurait pas pu davantage en informer les autres. Blanche essaie de ne rien se reprocher. Elle se met tout à coup à lancer de copieux jurons contre l’automobiliste qui veut la doubler. Elle ne l’a pas vu venir, cette énorme Audi qui klaxonne soudainement. Voilà ce qui arrive quand on roule trop à gauche. Son cœur bat la chamade. Sa gorge se noue. Elle renifle sa peine et se fiche de l’élégance. Impossible de philosopher. L’essence de la vie, l’impermanence… Elle ne sait plus relativiser. Elle voit son réservoir se vider et les kilomètres défiler.